Les 5 objections de vos patients à la téléconsultation… et comment y répondre

À partir du 15 septembre 2018, l’Assurance Maladie autorise le remboursement de la téléconsultation par visioconférence. Inviter la technologie dans la relation médecin-malade va probablement soulever inquiétude et interrogations chez vos patients, mais aussi certaines objections.

Medaviz.io vous aide à répondre aux 5 objections les plus fréquentes :

 

  1. Mes informations ne sont pas en sécurité !

 

Utiliser leur ordinateur et internet pour parler avec leur médecin peut inquiéter vos patients sur le risque de détournement et de piratage de leurs données.

C’est pourquoi la téléconsultation ne s’improvise pas ! Elle nécessite une plateforme sécurisée qui protège les informations médicales que vous partagez :

  • Conformément à la législation en vigueur, Medaviz.io fait l’objet d’une déclaration à la CNIL pour protéger la vie privée des utilisateurs.
  • Les données de santé sont hébergées chez un hébergeur agréé qui garantit leur sécurité et répond à des normes réglementaires très strictes pour en garantir l’intégrité.

 

  1. Je ne serai pas examiné !

 

Que ce soit du côté des médecins ou des patients, la question de l’examen physique est toujours une inquiétude lorsqu’il s’agit de téléconsultation. Pourtant, dans 9 cas sur 10, un médecin oriente son diagnostic uniquement en écoutant son patient !

C’est pourquoi la visioconférence est au cœur de la téléconsultation, pour garantir un échange à la fois vocal et visuel. Elle permet au médecin de poser toutes les questions dont il a besoin et d’observer le patient si nécessaire. Du côté du patient, voir son médecin et pouvoir interagir directement avec lui est aussi beaucoup plus rassurant.

 

  1. La téléconsultation va me coûter cher !

 

L’Assurance Maladie autorise à partir du 15 septembre 2018 l’utilisation de la téléconsultation dans le parcours de soins. Cela signifie que vos patients seront remboursés sur la base d’une consultation classique : 25€ chez un médecin généraliste, et 30€ chez un médecin spécialiste. Il n’y a donc aucune différence de coût avec une consultation en cabinet.

D’un point de vue pratique, et en l’absence de carte vitale dématérialisée, vous devrez simplement facturer le patient en mode Sesam sans vitale sur le logiciel que vous utilisez habituellement. En tant que médecin, vous serez exonéré de l’envoi de pièces justificatives papier ; de son côté, le patient n’aura rien à faire !

 

  1. Il faut un équipement compliqué !

 

Les patients doivent simplement disposer d’un smartphone et télécharger l’application leur permettant d’entrer en téléconsultation avec vous. Un réseau suffisant est ensuite nécessaire pour assurer une bonne qualité dans l’échange par visioconférence.

 

  1. Je ne peux pas avoir de prescription!

 

La téléconsultation remboursée par l’Assurance Maladie autorise la prescription d’ordonnances ou de certificats. Grâce à Medaviz.io, vous bénéficiez d’une plateforme qui vous garantit la sécurité et la protection des échanges de fichiers avec votre patient.

Vous pouvez les rassurer en leur expliquant que votre prescription sera tout aussi valable que lors de la consultation en cabinet.

 

 

Dr C. Lewandowski

 

Publié par David Lefeuvre

     
    Google + Linkedin Imprimer